Mail à … Un con/une conne

Cher monsieur le con,

Vous voyez, j’y mets des formes pour m’adresser à vous. Si j’avais été trop direct vous l’auriez mal pris. A ce propos, avant de vous écrire, voici quelques lignes en préambule :

____________________

Un con n’est pas toujours universellement con, il peut l’être pour certains actes de la vie et intelligent pour d’autres. Et puis, il faut se souvenir qu’on est tous un peu con. C’est la raison pour laquelle je m’adresse aujourd’hui à un groupe précis de cons dans lequel je suis certain de ne pas figurer. Le chef de ce groupe ne pourra donc pas me répondre : « On est tous le con de quelqu’un ». Ce qui est bien une réponse à la con tellement elle est facile et déjà programmée dans l’esprit étriqué du con de base. C’est la seule qu’il connaisse certainement. Ici je ne m’adresse à personne de précis, juste au con, en général.

_____________________

Ceci étant dit donc, salut Ducon !

Oui, finalement je préfère être direct et te tutoyer, ça nous fera gagner du temps. De toute façon tu n’aimeras pas ce mail, je le pressens… Alors cessons les périphrases et puis on est rock’n roll ou pas ?

Rassures-toi, il m’arrive de regarder dans la glace de ma salle de bain et d’y voir un con. Quand j’ai rendu triste quelqu’un par exemple, je m’en veux. Mais rarement, je me suis reproché un acte volontairement malveillant et méchant. Je suis du genre maladroit comme dirait Ventura. Cela dit, il y a bien d’autres raisons également, mais en aucun cas je n’y vois dans mon miroir un con dans ton genre. L’inculture, la lâcheté et le manque d’ouverture d’esprit me sidèrent. Tu ne t’en rends pas compte puisque c’est avec ça que tu juges…

…les autres notamment.

Con1Un esprit étroit comme une ruelle d’un village de Provence. Mais un village de Provence à l’intérieur c’est beau.

Le groupe de cons dont tu fais partie est celui de ceux qui savent, ceux qui ont la pensée juste, les redresseurs de tort, ceux qui ont le vierbiage impérieux. Ceux qui ont aussi le clavier de l’ordi à portée de main pour sans cesse dégainer leur prose nauséabonde.

Ça fait un moment que j’avais envie de t’écrire, par pure politesse, puisque toi tu as la ‘malhabilité’ de te donner cette peine parfois. Tu écris dans les couriers des lecteurs des journaux, sur les sites, les forums, partout. Tu écris pour dire que tu sais quel joueur devrait jouer chez les Diables Rouges, quel animateur de télé est indigeste, quelle musique n’est pas digne d’être écoutée. Bref, toi tu sais. Et puis en parcourant le Facebook d’un ami et collègue ce matin, j’ai pris ma plume.

Parlons juste musique aujourd’hui.

Tu es du genre à prétendre aimer la musique, la vraie je suppose, celle qui est bonne. Ah ! la fameuse vraie musique ! Si tu aimais vraiment la musique (c’est valable pour le cinéma aussi d’ailleurs et pour tous les arts) tu ne pratiquerais certainement pas ce racisme culturel qui consiste à n’aimer que ce que tu connais et à rejeter le reste.

Puissais-je continuer à être suffisamment curieux longtemps pour ne jamais tomber dans cet obscurantisme là. Il n’y a pas plus de vraie musique que de vraie pizza, la musique est bonne quand elle fait du bien à celui qui l’écoute. Mozart, Bieber, Led Zeppelin ou Public Ennemy, peu importe. Mais qu’on veille imposer aux autres cette vue étriquée me ferait presque devenir aussi con que toi. Rassures-toi quand je m’énerve en lisant ou en écoutant des gens comme toi, je me calme en écoutant du Chopin.

Mieux que de la vraie musique, c’est de la grande musique ! Comme disait mon arrière grand-mère, amie de Maurice Ravel qui avait d’ailleurs un joli vélo.

Après avoir écouté le polonais Chopin, dont le coeur se trouve dans une boîte près de sa tombe au Père Lachaise à Paris, je révise mon jugement te concernant en te trouvant plein d’excuses. Je me dis que tu dois être quelqu’un de bien et que le monde est beau. Je suis alors proche de l’état d’un rasta qui écoute du Marley dans le brouillard.

Une musique de dégénérés !

Défendre la musique pour toi, passe par le fait de parler des trois ou quatre artistes que tu connais sur le bout des ongles par ce que tu n’écoutes que ça depuis des lustres avec en sous titrage de ta bande son, ce vieil adage débile qui dit : C’était mieux avant !

C’est la phrase la plus conne de la langue française, donc par essence elle ne peut être prononcée que par un con ou une conne. Quoique là, je mettrais un large bémol. Tu as remarqué quand même que le mot con est souvent employé au masculin et il y a une raison à cela. Les filles sont souvent plus ouvertes. Je parle de l’esprit, tu m’avais compris.

Ce qui me rassure est que tu es peu de monde, très peu. Oui heureusement les cons sont finalement beaucoup plus rares que les gens biens, on croit souvent l’inverse, mais c’est une impression dû à leur agitation mesquine et prétentieuse. Allez, reprends toi, tu es quelqu’un de bien aussi et tu le sais, isn’t it ?

PS : Je t’écris pour te faire des reproches et en me relisant je vois que j’ai fait plein de fautes dans mon mail. Mais quel con je suis !

Retrouvez-moi sur Facebook, je suis ici : https://www.facebook.com/eric.laforge1

________________

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s