Mail à … Donald Trump

Salut Donald,

Je t’appelle par ton prénom, j’aurais pu aussi dire ‘Salut Dingo’, pour rester dans l’esprit dessin animé. Mais ça aurait souligné de manière excessive ton trait de caractère principal.

J’aime l’insouciance américaine.

donald-trump

A propos, parlons dessein justement, il ne s’agit pas de ta femme, tu as noté que dans mon texte c’est en un seul mot. J’évoque ici ton projet politique, économique.

Avant d’en parler, je résume la situation. Une minorité d’Américains a voté pour toi. Ton show de séducteur façon Aldo Maccione du rayon fruits et légumes du supermarché du coin les a hypnotisés. Ils ont pris ça pour une télé réalité certainement. Tellement gavés à l’entertainement bon marché. J’espère que pour les prochaines élections tu vas remanier le processus électoral. Chacun devrait pouvoir voter par téléphone en appuyant sur 1 ou 2. Ce sera rapide et surtout, celui qui recevra le plus de sms gagnera. Oui parce que toi tu as gagné en ayant moins de voix que Clinton. La soit disante plus grande démocratie du monde a élu un winner qui est en fait un looser. C’est fou, c’est dingo !

Tu proposes donc de fermer ton marché économique (ça s’appelle du protectionnisme), de faire la chasse aux migrants et de construire un mur pour séparer les mexicains du mec si con. Tout à l’heure mon poissonnier, en bas de ma rue, me  rappelait que c’est au pied du mur qu’on voit le maçon. Mon poissonnier s’y connait en requin et en maquereau. Donc ces grandes idées là, tu les as proposées avec en toile de fond le slogan : l’Amérique aux Américains. Quelle belle idée ! C’est quoi au fait un Américain, tu peux m’en donner la définition toi qui est petit fils de migrant allemand ? Il y a 130 ans ton grand père débarquait dans un centre d’accueil d’émigrants à New York dans une caserne du nom de Castle… Clinton. C’est drôle comme nom.

J’aime l’insouciance américaine.

Excuse moi un instant…

En t’écrivant, j’écoute The Wall, mais c’est un vinyle, il a fallu le retourner. Tiens, la face B commence par un morceau qui s’appelle Goodbye Blue Sky.

hero_eb20100224reviews08100229987ar

Alors, j’en étais où ? Ah oui, Clinton. Dans ses meeting, elle disait qu’elle redresserait l’Amérique, comme toi j’avais un doute à son sujet. On se souvient qu’apparemment, même son mari elle ne l’avait pas redressé, c’est Monica qui s’en était occupé.Non, je ne suis pas hors sujet, la vulgarité me ramène à toi justement. J’ai vu à la télé un type qui expliquait avoir voté pour toi. Il se disait convaincu  que tu serais le meilleur Président des Amériques. Rien que ça. Je te jure, le mec a dit ça. Il n’avait pas l’air imbibé de mauvais bourbon, ni même déglingué à la méthamphétamine, par contre son niveau de connaissances politiques devait être à peu près égal à la probité d’un ancien dirigeant de la FIFA. Quand la journaliste lui a demandé s’il était nazi (puisqu’il portait un T-Shirt glorifiant Hitler) il a répondu – « Non, je suis nationaliste« . Si tu le croises un jour parmi la fange qui risque de t’entourer, dis lui que c’est pareil. Nazi est une sorte d’acronyme signifiant nazionale zozialiste (je le prononce en allemand).

Je dis ‘qui risque de t’entourer’ parce que pour le moment le sénat n’a confirmé que 28 des 700 personnes que tu as proposées. Tu me diras, ces 28 là pèsent plus lourd que probablement la moitié de la population américaine. Et pour toi c’est un critère d’être plein aux as.

Faisons le tour du propriétaire de quelques uns des confirmés. Andy Puzder, ministre du travail qui reconnait ne pas aimer rémunérer correctement ses employés. Jeff Sessions, ministre de la justice, il a été connu dans le passé pour son racisme notoire. Mais bon c’était il y a longtemps. Tom Price à la santé, totalement opposé à l’Obama Care. A l’environnement on retrouve Scott Pruitt, qui se fout comme de sa première chemise de limiter les émissions de CO2. Et le dernier en date que tu as nommé, Géorgie Sonny à l’agriculture, un fan d’OGM. Il doit en bouffer au déjeuner, au diner, au gouter. Je vois déjà ton discours dans 4 ans : « Vous en aviez rêvé, Sonny l’a fait ! » 

Eric Laforge

___________________

PS : J’aime l’insouciance de 50 % de tes concitoyens américains qui consiste à tout oser. C’est d’ailleurs à ça qu’on les reconnait !

Retrouvez moi sur Facebook : https://www.facebook.com/eric.laforge1

Mail à … Bob Dylan

Salut Le Zim ! 

Tu aurais peut-être préféré que je te salue par ‘Monsieur le récipiendaire du Prix Nobel de littérature ‘ ? La formule aurait été pompeuse et en plus on y entend ‘récipient d’air’, ça sonne creux comme le cerveau d’un auteur de Best-seller. Que Harlan Coben ne se sente pas concerné, lui qui est à l’écrit ce que les Feux de l’Amour sont au cinéma d’auteur.

rs-dylan-b35dbfb6-50a0-4892-ad1b-f41c0ea89c31

Dis moi mon Bobby, alors comme ça tu voles le pain des honnêtes travailleurs du verbe, ceux qui à la force de leur poignet se sont forgés une oeuvre écrite plus méritoire que tes chansonnettes ânonnées avec une voix de nez. Tu sais que ‘nez’ en argot se dit ‘bob’ ?

Qu’on soit bien d’accord, ce n’est pas mon avis que je te livre (!) là, mais juste une pensée récupérée avec tant d’autres au Balto. C’est un bistrot en bas de chez moi. Certains philosophes du zinc que j’y ai rencontrés ont tenu à me démontrer qu’ils méritaient le prix Nobel du pet.

Euh …de la paix ? Ai-je rectifié.

Non, non, ont-ils insisté… et ils ont sorti un son qu’ils m’ont dit être une parfaite imitation d’une de tes chansons. Je ne l’ai pas reconnue, je t’avoue que ces trous du cul alcoolisés sont de piètres interprètes.

Revenons à ton prix. Comme dirait le cousin de Pascal dans les Tontons Flingueurs : « Le prix s’oublie, la qualité reste. » Après plus de 50 ans de carrière, tu as prouvé bien des choses et bien entendu que tu le mérites ce Prix Nobel de littérature qui a été initié il y a plus d’un siècle pour récompenser ceux qui ont fait preuve d’un idéal. Il me semble que tu rentres parfaitement dans cette case. Au fait, est-ce que tous les lauréats du Nobel le méritaient ? Il faudrait demander à ceux qui ont terminé première et deuxième dauphine ce qu’ils en pensent.

05585526

Je me souviens qu’on avait parlé de Nobel aussi pour Sacha Distel à une époque. Sa chanson Oui Oui Oui était une fameuse chanson à sexe… euh …à texte pardon. Mon correcteur orgasmique.. ah… grrrr … orthographique !

Donc oui tu le mérites. On a trop tendance à croire que la pensée ne se transmet que par l’écriture. Bien avant que Gutenberg n’ait inventé le Mac Book Pro il faut se souvenir que les bardes allaient de châteaux en châteaux pour déclamer leurs vers aux suzerains. N’était-ce pas une forme de littérature ? Sans papier.

Dans tout cela, ce qui me chagrine ce n’est pas que tu sois nobélisé, mais que tu acceptes le prix. Ne pas aller chercher ta récompense chez Ikéa n’est pas suffisant. Toi que je considère à l’égal de certains punks ou de Lemmy comme l’ultime tenancier de l’esprit de provoc’ et donc de l’esprit rock, tu veux que je te dise ? La provoc’ qui aurait de la gueule consisterait à refuser le prix et à verser les 850 000 euros  de la prime au créateur de la bibliothèque rose. 

Toi le pourfendeur des inégalités, le défenseur des droits des opprimés, tu ne vas quand même pas aller chanter Gimme Gimme Gimme chez ABBA samedi soir ? J’ai bien peur que les temps soient décidément  en train de changer.

Eric Laforge

_________________

PS : Les journalistes qui t’ont brocardé depuis l’annonce de ton Nobel sont peut être encore amers que tu leur aies soufflé aussi le Pulitzer en 2008. A ne pas confondre avec Sulitzer qui n’a jamais eu le Nobel. Quel gâchis !

Retrouvez-moi sur Facebook, je suis ici : https://www.facebook.com/eric.laforge1

Mail à … Jean Marc Morandini

Salut Jean Marc,

J’ai choisi ton prénom comme entrée en matière pour te saluer. Tu aurais certainement trouvé les autres appellations désobligeantes, voire même vulgaires. La vulgarité, tu le sais mieux que moi, s’incarne davantage dans des attitudes que dans le langage, pas vrai ?

Je t’écris… parce que tout le monde te flingue en ce moment et je voulais simplement prendre ta défense, moi qui ait aussi travaillé avec toi. Pas la meilleure période de ma vie, mais bon, rien de grave non plus.

Il y a trois ans j’avais déjà écrit plus ou moins ce même texte sur toi. Pas grand monde ne l’ouvrait sur toi, aujourd’hui que tu es dans le caniveau, les langues se délient, c’est pas juste hein mon Jean-Marc ?

6142993_1-0-615676909

A l’époque,  j’avais lu des commentaires blessants à ton propos. Sur le Facebook d’une amie journaliste à France Télé, un type avait écrit : « Morandini c’est le buzz buzz buzz, bref, c’est une triple buzz ce mec ! » Ça avait provoqué le relèvement des extrémités de mes lèvres, le terme technique est : sourire.

Sur le profil d’un animateur de radio à Paname était écrit en août 2013 également : « Je vois que, comme moi, certains gardent un bon souvenir de leur collaboration professionnelle avec cette m…. ! »

2

Le M ne signifie pas Morandini, il ne me semble pas en effet que Cambronne ait prononcé un jour ton nom, mais je peux me tromper. Je regarde trop la télé, je ferai mieux de lire des livres pieux plutôt que de regarder la télé au pieu. 

Je ne cautionne pas les insultes, d’ailleurs je tiens à te rassurer, tu peux dire à l’avocat qui lit mon texte par dessus ton épaule qu’il n’y aura aucune insulte à ton égard dans ce mail. Aucun animal, ni aucun nain bicéphale ne seront maltraités dans les lignes suivantes.

Tu vas te dire que ce sont là des aigris, des jaloux, qui écrivent ces choses sur toi. Peut-être as tu raison. Cela dit, tout le monde n’a pas spécialement envie non plus de passer à la télé pour y ramasser les poubelles, tu le fais déjà très bien. 

Sur le net on ne lit pas que des gentillesses. Toi même il t’arrive d’écrire des énormités grosses comme un égo d’animateur persuadé d’être indispensable. Dans une lettre ouverte à Cyril Hanouna tu lui expliquais à l’été 2013 la différence entre lui et toi. Lui est animateur et toi journaliste. Soit ! Je dirai que lui est une sorte de bateleur foufou qu’on peut détester ou follement aimer.

3

Par contre toi journaliste ? T’es certain ? Enfin, je veux dire que tu as certainement une carte de presse, ça oui, mais est-ce que cela fait de quelqu’un un journaliste la carte ? Pour les cartes de presse, c’est comme pour les cartes à jouer, il y a des as et des valets ?

Recentrons le débat si tu le veux bien, je me souviens t’avoir vu chez Ruquier, séchant devant toutes les photos des ministres. Un journaliste qui ne sait pas mettre un nom sur les visages des ministres de la République. Allons allons…

Remarque, à l’inverse, quant à moi je serai bien incapable de mettre un nom sur les visages des filles des Anges de la Télé. J’aurais plus de chance de les reconnaître en voyant leurs seins ou leurs fesses, puisque c’est ce qu’elles ont de plus intelligent à montrer.

Parler de ce genre de programme, c’est faire du buzz, buzz, buzz. Evoquer ce qu’il y a de plus minable dans la télé et dans l’humain, ça t’a toujours fait vendre, pas de raison de t’en priver. Tant pis si tu participes peu à peu à la dérive de la société, et puis tu n’es pas responsable …puisque tout le monde l’est un peu. Tant pis aussi, si à la force du poignet tu t’enfonces également peu à peu dans la fange. 

Au début de ce texte, je te disais que j’allais prendre ta défense contre toutes ces attaques faites par ces gens qui tirent sur la pauvre ambulance que tu es devenu. Quand je dis pauvre, on se comprend hein ? Bon, sérieusement tu ne m’as pas cru ? Ah oui quand même, finalement ‘triple buzz’ aurait été meilleur pour te saluer. Je ne te veux pas de mal, je me souviens juste de grands tourments pour m’empêcher de réaliser mon rêve à l’époque en 1999 : rejoindre RFM. Quelqu’un ne voulait pas que je quitte Nostalgie Paris. Je ne te dirai pas qui… Ce serait un manque d’éducation. Allez, fonce et n’oublies  pas de mettre le ‘pin-pon’ pour qu’on t’entende arriver… Qu’on soit sur nos gardes !

Eric Laforge

________________________

PS : A la télé, il y a Hanouna, Morandini … Je comprends pourquoi les moins de 20 ans ne regardent plus la télé et pourquoi ceux qui ont un QI supérieur à 60 (autrement dit, ceux qui savent lire et écrire) ne regardent plus non plus

Retrouvez-moi sur Facebook, je suis ici : https://www.facebook.com/eric.laforge1

________________

Mail à …Gianluigi Buffon !

Ciao a te !

C’est marrant la vie, à priori, si je réfléchis en supporter de foot, j’ai toutes les raisons de te détester. En même temps est-ce que ça réfléchit un supporter ? 

Oui, ne caricaturons pas, certains ont même une pensée élaborée lorsqu’ils sont en dehors du contexte du ballon rond. Puis dés que ça parle foot, la connerie prend le dessus comme un élément naturel. 

« Ces fanatiques fous furieux
Abreuvés de haine et de bière
Déifiant les crétins en bleu
Insultant les salauds en vert »

Comme le chante Renaud dans Miss Maggie.

Vendredi, je me réjouissais de voir le match. Pas celui des Diables, non, j’ai dit le match. Les Diables ont des grands joueurs certes, mais pas d’équipe. D’ailleurs quand Thomas Meunier avait dit après le brillant match de la Belgique contre la Hongrie à l’Euro en juin dernier : « Nous sommes la Dream Team« , il avait déclenché chez moi ce rire insouciant que je pensais avoir perdu à tout jamais lorsqu’un soir j’avais mangé des pâtes trop cuites et sans parmesan dans un restaurant à Londres. 

Anyway. Pourquoi devrais-je te détester ? Parce que tu joues en Italie. Je sais c’est con, mais je t’ai prévenu, je réfléchis un peu en supporter de base là. Je suis à mon bureau avec une canette de bière bon marché dans la main et de l’autre je me gratte le cul. Comment ça avec quoi je tape ce texte ? Demande à ton compatriote Rocco, il t’expliquera. 

Au fait, je t’ai déjà dit que j’ai des ancêtres italiens ? Bah voila tu le sais maintenant. Italien d’un côté et Français de l’autre. Disons qu’il y a 25 % de sang italien dans mes veines ce qui suffit à me faire parler avec les mains. C’est chiant d’ailleurs, parce que la baguette de pain que je tiens sous le bras n’arrête pas de tomber. Pour ces raisons là et si j’étais un supporter de base au cerveau houblonisé je serais même capable de te traiter de ‘Figlio di Putana !’ Rassure toi, j’ai un peu plus de finesse que ça.

Vendredi, d’un geste, tu as fait taire les milliers de connards qui sifflaient La Marseillaise. Tu avais fait taire d’autres demeurés mentaux de la même façon, lorsqu’en 2013 à San Siro, ils sifflaient l’hymne allemand. Tu es à toi seul, plus grand que 60000 personnes dans un stade.

Finale des Bleus - Max et Eric2

Pourquoi devrais-je te détester au fait ? Pour plein de raisons mon gaillard en short. Notamment parce que le 9 juillet 2006, j’étais avec mon fils (7 ans à ce moment là) et un pote d’enfance dans un grand parc de Reims en France. J’avais vécu huit ans plus tôt une soirée magique dans les mêmes conditions, je me faisais une joie d’en revivre une autre avec mon fils. Il y avait un grand écran et 10 000 personnes sur une pelouse… Mais… A la fin de la soirée, nous avons quitté le lieu dans un silence de cathédrale. C’est étrange 10 000 personnes qui partent sans que l’on entende même le son de leurs pas.

En me refaisant cette soirée dans la tête, je revois Trezeguet tirer son pénalty sur la barre transversale, la balle rebondit sur ta ligne et ne rentre pas. Tu as eu l’élégance ce jour-là de gagner sans que nous Français ne puissions t’en vouloir. Tu es devenu champion du monde avec la Squadra Azzura et de mémoire d’homme, il n’y a jamais eu un champion du monde aussi classe que toi. Il n’y a même jamais eu de footballeur aussi noble que toi, mais tu es bien plus qu’un footballeur estimable et méritant…

Buffon

Tes trois enfants doivent être fiers et ça, je suis certain que pour toi ça doit avoir bien plus de valeur que le titre de champion du monde. Tu es bien plus qu’un footballeur, tu es un homme empreint d’une dignité incroyable. Mes ‘25% de sang italien’ sont fiers de toi, mes ’75 % de sang français’ sont très fiers de toi.

Eric Laforge

______________

PS : Tu as remarqué que depuis que Zidane a mis son coup de boule à Matterazi en 2006, il a perdu tous ses cheveux ?

Retrouvez-moi sur Facebook : https://www.facebook.com/eric.laforge1/

 

Mail à… François Hollande

Monsieur le Président, 

Je ne te demande pas si ça va. J’ai des amis qui m’ont raconté avoir fait le carnaval ce week end, ils avaient la gueule de bois ce matin. Je t’ai imaginé dans le même état, d’autant que t’avais déjà de la fièvre vendredi soir il me semble. Je ne sais pas où tu as perpétré discrètement le méfait, dans les chiottes de l’Elysée ou dans un placard à balais pour dissimuler le malaise ?

Non, laisse moi deviner, ça c’est passé dans la salle d’honneur de l’Elysée. François, tu permets que je t’appelle François ? Dis, qu’est-ce qu’il t’a pris de remettre la Légion d’honneur au prince héritier d’Arabie Saoudite ? Oui, je sais, c’est de la diplomatie de haut niveau et je ne peux surement pas comprendre. La Légion d’honneur a été créée par Napoléon, avant qu’il ne mette l’Europe à feu et à sang, pour récompenser les mérites éminents, militaires ou civils rendus au pays. Je suppose que des épisodes ont dû m’échapper, comme le moment ou le prince en question a été si utile à la France par exemple. 

La-Legion-d-honneur-de-la-honte.jpg

Je pensais aussi dans mon petit esprit …torturé, comme dirait le prince en question, que la France était encore un phare dans ce monde tourné sur lui-même. Un phare pour ce qui est des Droits de l’Homme. Et puis là, je me réveille et j’apprends que la Légion est sur le prince. Au départ, j’ai cru mal entendre, je me suis dit, tiens la France a envoyé la Légion régler des comptes. Mais non, il ne s’agissait pas de la Légion étrangère mais bien de la Légion d’honneur. 

«  I can’t believe the news today », comme dirait Bono. Certes, le prince en question, n’est que vice premier ministre. D’ailleurs, un premier ministre peut-il avoir des vices ? C’est une question qui doit te tarauder à un peu plus de 12 mois des élections. Tu crois que Manuel Valls pousserait le vice jusqu’à te piquer ta place ?

« Moi, Président, je respecterai les Français, moi Président de la République je ferai en sorte qu’à chaque instant mon comportement soit exemplaire… » Ce que tu avais dit à la télévision, pendant la campagne. C’était beau, une belle envolée, du lyrisme à l’état pur.

« Moi, Président, toi Jane ! » Tiens oui à propos, je sais que ce n’est pas ta compagne qui gouverne le pays, mais vendredi soir en te couchant, tu lui as parlé de ta remise de médaille ? Je suis certain qu’elle aurait eu un truc à te dire sur les Droits de la Femme chez le Prince. Ou les non Droits de la femme.

Se-cacher-n’est-pas-toujours-un-jeu-la-nouvelle-campagne-de-la-federation-nationale-Solidarite-Femmes-3

Pour être honnête, tu le savais que tu faisais une énorme erreur. Comme le gamin qui plonge sa main entière dans le pot de confiture. Mais si tu le savais, sinon, pourquoi la visite du Vice n’avait pas été annoncée par l’Elysée ? On va faire ça discrètement et roule ma poule. 

Pas de bol ! L’Agence de presse saoudienne SPA, elle, l’a annoncé. En entendant ça à la radio samedi matin, devant ta glace de salle de bain je te vois bien dire : « Putain, les cons ! » J’aime quand tu as des déclarations qui viennent du coeur, ça sonne tellement plus vrai.

J’avais écrit à Nico, ton prédécesseur (il ne m’a d’ailleurs pas encore répondu) que je suis un humaniste. Que tu sois de gauche ou de droite ne m’importe pas, si tu fais des choses bien, je dis bravo. Mais là, je suis circonspect pour ne pas dire méfiant voire même sceptique comme la fosse dans laquelle tombent une à une nos illusions.

Le chef de la diplomatie française a tenté de justifier cette maudite soirée avec beaucoup, beaucoup d’embarras en expliquant qu’il y a eu plein d’autres  Légions d’honneur qui ont été données à des gens qui ne méritaient pas vraiment. Belle explication, finalement, je me demande si la justification boiteuse n’est pas encore pire que l’acte lui-même.

L’année dernière en Arabie Saoudite, 153 personnes ont été condamnées à mort. Au moment ou je t’écris, cher Président, on est déjà à 70, pour ce début 2016. On est sur les bases d’un record, c’est mortel. Le pays des Droits de l’Homme récompense donc cela, d’une certaine manière.

Eric Laforge 

____________________

PS : Ce que tu as fait vendredi m’a rappelé une phrase de Churchill que je vais légèrement paraphraser : Vous avez voulu éviter la faillite au prix du déshonneur. Vous avez le déshonneur et vous aurez la faillite.

Retrouvez-moi sur Facebook, je suis ici : https://www.facebook.com/eric.laforge1

Mail à … Un végétarien

MISE EN GARDE :

Etant donné que sur un forum ou l’autre de VGs on a donné consigne de venir m’insulter pour le texte qui suit, dans lequel parait-il je me moque de la mort des animaux, il me semble nécessaire de faire cette mise en garde. Ceux qui savent lire, vont comprendre qu’à aucun moment je ne me moque de la mort des animaux mais je me moque juste de certains comportements que je caricature pour en rire. C’est bien de défendre une cause, mais apprendre à lire est sympa aussi, ça donne de l’éducation, de la culture, du savoir vivre etc. Lire ne consiste pas simplement à déchiffrer des mots, mais à les comprendre… 90 % des VGs semblent avoir compris, les autres 10 % déshonorent la cause qu’ils défendent, une cause bien plus noble que leur comportement basé sur l’insulte et la médiocrité. 

Salut ma poule, 

C’est affectueux, ne le prends pas mal. Tu aurais préféré que je te dise : Salut vieille branche ? Tu sais, ce n’est pas parce qu’on est dur de la feuille qu’on est mou de la branche et réciproquement. 

wmX-300x210x4-51e419b65b7a1cf740a51dd925e19d9b1eda868f0052e

Que les choses soient claires, je respecte ta philosophie de vie, mais… Bah oui tu te doutes bien qu’il y a un mais, je me pose des questions. Etre végétarien, n’est-ce pas une mode pour  bobos ? Oups ! Pardon, je vois que tu avales tes grains de maïs de travers, j’enlève la question et te prie de m’excuser. 

Le végétarisme, n’est-ce pas une dictature gastronomique et culturelle ? Je complète ma question : Est-ce qu’être végétarien ne provoque pas une rupture sociale ? Ne te fâche pas, tu en renverses ton lait de soja, au prix que ça coûte ! Je t’explique ce que j’entendais par là. Quand tu invites un couple de viandards à la maison, le couple doit s’adapter à ton régime. Ce qui, je te l’avoue est normal. Quand on est accueilli chez des gens, que ce soit dans le cadre d’un foyer ou d’un pays, le minimum d’éducation consiste à respecter les habitudes, les moeurs et la culture des accueillants. En l’occurrence ta coutume à toi et d’accueillir avec du lait de soja. Pas de souci.  Mais à l’inverse, si tu vas chez le couple de mangeurs de viande, tout en accueillant, c’est quand même eux qui doivent s’adapter à toi en cuisinant selon tes rites. Ne t’isoles-tu pas un peu en te retrouvant finalement qu’entre VG ? Puisque les autres sont de fait toujours exclus. Je sais, tu vas me répondre avec ce regard de vierge effarouchée que : Non ! Ô combien non ! 

Je te crois. Tu dois penser que je me moque de toi, et bien non, tu as tofu… euh pardon, tout faux. Je respecte ton combat pour la cause animale. Qui pourrait être contre ça d’ailleurs ? Je suis juste dubitatif à propos de certaines contradictions. Je fais une pause, je vois que tu cherches à m’allécher avec des photos de menus gastronomiques sur ton gsm. Je te laisse chercher.

Voila. Ce couscous  sans viande me fait envie, la photo est gouteuse. Ok, je lis l’article qui accompagne la photo… Dis c’est génial. J’apprends qu’être végétarien, cela contribue à la prévention du cancer, j’aurai moins de diabète également, moins de tension artérielle et un coeur en bonne santé. Ca marche aussi pour les peines de coeur ? Je déconne, je suis taquin.  Hé attends ! Fais voir cette photo… !

Amant

J’ai un côté végétarien alors.

Il y a aussi ce fameux dilemme qui lorsqu’on y réfléchit nous fait perdre le gout de certains plaisirs : la cause animale. Des animaux meurent (souvent dans des conditions scandaleuses) pour que les viandards puissent faire des fondues ou des pierrades. « J’ai pas mauvaise conscience, Ça m’empêche pas de dormir. Mais pour tout dire, ça gâche un peu le goût d’mes plaisirs… » comme l’ânonnait Drucker dans la première version des Restos du coeur.

Manger de la viande est bien égale à la mort de l’animal, c’est une évidence. Personne ne peut s’en réjouir, sauf les sans-coeur. Je ne suis pas un sans-coeur et pourtant je continue, avec parcimonie, à prendre plaisir à un bon steak. Oui je suis un vrai con, je te l’accorde. 

A propos de coeur, je te parlais de contradiction plus haut. Tu viens de me montrer d’appétissantes recettes végétariennes sur ton gsm, ça fait envie… Sur ton gsm, cet appareil magique. Pour fabriquer sa puce électronique, bijou de technologie, une usine ingurgite 700 m³ d’eau par heure et rejette « officiellement » dans l’atmosphère annuellement 2 tonnes d’oxyde d’azote, 11000 tonnes de CO2 et 40 tonnes de COV, produits polluants, très dangereux pour la santé et l’environnement. Mais surtout, des enfants esclaves dans des usines d’un autre temps sont parfois enchainés à leur machine pour ne pas s’échapper et travailler plus. je te l’accorde, c’est loin de chez nous et nous, nos enfants vont bien. D’ailleurs, je vois le tien qui échange des sms avec ses potes. Petit plaisir de la vie et grands drames. Comme je sais que tu t’attaches beaucoup à la cause animale, en fabricant des GSM, on extermine aussi les derniers grands singes d’Afrique et bon nombre d’autres espèces. Je vois que ta colère monte, mais je n’y suis pour rien, je te raconte juste la société humaine, rien de plus. Et encore, je ne t’ai pas parlé de ton T-shirt que tu achètes à 5 euros pièce, tu veux que je te dise comment et par qui il est fabriqué ? 

« Y a bien d’autres misères, trop pour un inventaire
Mais ça se passe ici, ici et aujourd’hui » 
Jean Jacques Goldman dans les Restos du coeur.

Eric Laforge 

__________

PS : Contrairement aux apparences, je te promets que je suis d’accord avec ton combat, mais laisse-moi manger ce que je veux sans me culpabiliser, tant que toi tu auras un gsm, une tablette, un ordi et des fringues gorgés de sang et de misère. Allez, fais pas la gueule, on se fait un resto ? Il y a un chinois en bas de la rue…

Je suis sur facebook : https://www.facebook.com/eric.laforge1

 

 

 

Mail à … Un gentil !

Bonjour mon ami ! 

Au fait, j’imagine que tu me permets de t’appeler ‘Mon ami’ ? Merci, tu es gentil. 

Je me rends compte qu’il est bien compliqué de t’écrire. Quoi dire à quelqu’un de gentil ? Si ce n’est : « T’es un mec gentil toi. » Ce qui, tu le conviendras avec moi, peut être pris pour une insulte. 

En général, il est plus facile d’écrire des méchancetés. Je pensais justement à ça ce matin en écoutant un billet d’humeur sur une radio. Il était mal écrit et surtout très médisant. Je me suis dit : Mais quel connard ! En parlant du pseudo penseur qui avait écrit le torchon censé être drôle. Je me rends compte en relisant mes deux dernières phrases qu’en t’écrivant à toi qui est gentil, je dis du mal d’un autre. C’est dingue.

114

Difficile de lutter contre ce réflexe que nous avons tous. Sauf toi, oui je sais. Mais comment être gentil ? 

– En n’étant pas méchant ! Me dis tu. 

Oh la la, t’es con ! Enfin non, ce n’est pas ce que je voulais dire. Cela dit, je connais quelqu’un d’autre que toi qui ne dit jamais du mal. Pour lui, il faut reconnaître que c’est assez commode, comme dirait Louis XVI, puisqu’il est muet. Je le vois faire des gestes avec ses mains, sans le comprendre. C’est harmonieux. Parfois cette harmonie gestuelle se termine par le doigt du milieu relevé. Je me dis qu’il doit y avoir derrière ce geste, un sujet majeur de mécontentement quand même. 

213 

Mais revenons aux billets d’humeur sur les radios ou dans les journaux. Ils sont souvent trempés dans l’encre de la médisance, voire de la cruauté, parfois même de la bassesse. Non, ceux qui les écrivent ne sont pas nécessairement des méchants, ni des jaloux, mais il paraît qu’on a tous plus de facilité à dire du mal que du bien. Nous avons bien du mal à dire du bien. C’est pourtant bien de ne pas dire du mal ! Tu me suis ? 

Même toi qui est un gentil, sois honnête, tu as le même réflexe parfois. Tu vois quelqu’un qui trébuche devant toi en renversant son café sur sa chemise. Ta première réaction ? Tu pouffes. Même si le quelqu’un en question n’est pas une fille idiote. Bon, je sais, tu vas me dire que ces situations n’ont rien à voir avec la médisance. Pourtant, la moquerie est une forme de médisance. Il paraît que médire, donne bonne conscience. Ça doit être un concept inventé par Freud, le père de ‘faites ce que je dis, pas ce que je fais‘. Je sais je dis du mal là aussi, mais ça me défoule.  

Tout le monde a un côté obscur me disait encore le mois dernier mon gastro-entérologue. Dans le même genre de concept sous-freudien, il paraît que  derrière des propos médisants, il y a : « Je vous parle de tout ça à vous parce que moi, je ne suis pas comme cela et parce que je sais que vous ne l’êtes pas non plus. »

3 

J’adore la masturbation intellectuelle. Moi-même, quand je pense à certaines personnes que je n’apprécie pas, plus j’y pense et plus je sens que ça monte. A force de monter, ça finit par jaillir. Il n’en ressort que de la frustration, parfois, je n’ai même pas la force de continuer, alors je remets à demain ce que je faisais d’une seule main. 

Alors, comment être gentil bordel de merde ? Les spécialistes disent que le premier comportement à avoir est de sourire aux autres. 

Certes ! 

Puis de faire un compliment. Parfait, mais je connaissais un mec qui habitait à St Denis en banlieue nord de Paris. Lorsqu’il croisait une fille, il lui souriait tout le temps et il ajoutait : « Hé madame, t’es bonne toi ! » Ce qui, tu l’avoueras toi même est un compliment. Et bien je peux pourtant t’assurer qu’il n’avait aucune reconnaissance en retour. Les gens sont ingrats.

Eric Laforge

___________

PS : Comme dirait Jean Yanne « Le problème des compliments, c’est qu’on n’est jamais sûr que c’est sincère. Alors qu’en général, une insulte, ça vient vraiment du coeur ! »

 Retrouvez-moi sur Facebook, je suis ici :  https://www.facebook.com/eric.laforge1

Mail à … Lady Di !

Salut Diane, 

Oui je francise ton nom, Diane ça me rappelle ma première voiture. Ah les voitures ! On s’y attache. Témoins parfois de Premières Fois mémorables…

A propos de souvenirs… j’ai sous les yeux un vieux Télé 7 jours daté du 30 août 1997, rubrique horoscope. Je lis ce qu’écrivait Elizabeth Tessier (je te jure que c’est vrai) à propos des cancers du 1er décan, ton signe Diana. « Mercure met à l’honneur échanges, écrits, démarches et déplacements. Misez sur le 31. »  

14

Se déplacer le 31… Je t’avouerai que je n’ai jamais cru à ces « conneries d’horoscope » comme disait une copine vierge. En jetant un coup d’œil dans le dictionnaire des synonymes, pour voyante il est proposé illuminée ou encore magicienne. Sûrement à cause de cette faculté commune de faire passer des vessies pour des lanternes. Hé oui Diane, le 31 août 1997 n’était vraiment pas le bon jour pour te déplacer en voiture.

Toi arrivant au paradis devant St Pierre : « Mr St Pierre, sans vouloir être insolente, cet accident ne devrait pas compter, nous avons démarrer la voiture avant minuit, donc le 30. Et monsieur Paul était saoul comme toute la Pologne et il roulait à tombeau ouvert ! » 

Euh… si tu as dit ça, je comprends qu’il n’y ait pas eu de deuxième chance. D’abord, on ne dénonce pas son chauffeur et ensuite qu’est-ce que c’est que cette histoire de pointer du doigt la Pologne à propos d’une supposée alcoolémie endémique ? Si on ne prend pas garde à ce genre de généralités faciles, on finira aussi par dire que les Ecossais sont radins, que les Américains sont procéduriers, que les Belges ne mangent que des frites et que tous les Français sont grandes gueules ! J’ai connu un Français sourd et muet et un Belge qui ne se nourrissait qu’avec de la bière. 

Soit. Ma chère Diane, après que tu te sois envolée avec les anges cette nuit là, certains ont écrit que tu avais été victime d’un complot. Tu devenais gênante, comme qui dirait. Il paraît que ta vie, semble t-il plus dissolue que la moyenne des gens de ta condition posait problème. Je pense que c’est pour ça que tu es la seule de la famille d’Angleterre à m’avoir un tant soit peu intéressé. Ce côté anticonformiste me plaisait bien ! Sans compter, et j’y mets les formes, ce physique fort attrayant. Soyons plus direct, cette plastique qui ferait se damner tous les saints du paradis. Et puis tu avais une façon unique de regarder, tu baissais la tête en levant les yeux. 

24

Euh, excuse moi une seconde… 

Voila… Je viens de baisser la musique, le son allait trop fort, j’écoutais The Wall. 

Bon, revenons au 31 aout 97′, il est passé minuit, je viens de finir mon émission sur une grande radio française. Je récupère ma voiture au bout du Cours Albert 1er. Le quartier est calme, je regarde la Tour Eiffel qui scintille de mille feux, je ne m’en lasse jamais. Sans les embouteillages et avec la torpeur de cette nuit d’été, je me dis que Paris est vraiment la plus belle ville du monde. Toi aussi, au même instant, tu te dis ça en regardant à travers la fenêtre de la Mercedes, une main posée amoureusement sur la cuisse de ton amoureux assis à côté. Je ne le sais pas encore, mais tu passes sous mes pieds, dans un tunnel. 100 mètres plus loin, il y a le treizième pylône de ce tunnel. Ma mère dit toujours que 13 est un chiffre porte malheur, à cause de Judas lors d’un repas avec le fils de l’homme invisible. Drôle d’histoire ça aussi.

Le lendemain à 5 H 44, un communiqué laconique de l’AFP annonce qu’un accident de la circulation a fait trois morts sous le tunnel de l’Alma pendant la nuit. C’est la première évocation écrite de ta mort. Oui, dans cette histoire tu meurs, ce n’est pas très drôle je te le concède. Si ça peux te rassurer, pylône ou pas, « La vie on n’en sort pas vivant. » (Pierre D’Ac) 

Encore un week-end tragique à intégrer et à dissoudre dans les statistiques annuelles me dis-je avec cet air condescendant que je sais si bien prendre lorsque je veux jouer à l’intellectuel. J’ai un poto, pas le treizième du tunnel non, un poto, un ami quoi. Lui est mort un soir dans un accident de la route. Tu vas rire, c’était un samedi soir sur la Terre, il sortait de la boîte dans laquelle j’étais DJ. Un peu trop bu, il n’était pas Polonais. Le reste est une histoire de verre brisé, de tôle froissée, de mur, de fatigue, de vitesse aussi certainement. Je ne te fais pas un dessin. Le lendemain, sa photo n’était même pas dans le journal, on voyait seulement un amas de tôle en guise de témoignage. Pas de bol pour lui, les photographes dormaient au moment du choc, ils sont donc arrivés longtemps après l’accident. Moins efficaces que ceux qui te suivaient. 

33

On enterre les morts. On soigne les blessés. L’indifférence générale gomme les drames individuels qui se jouent autour des victimes. Il faut dire qu’avec presque un mort toutes les heures sur les routes de France en 1997, ce quotidien macabre finissait par lasser. Et puis, il y a la terrible règle du mort-kilomètre ma chère Diane, selon laquelle un mort à un kilomètre nous intéresse plus que dix morts à dix kilomètres, que cent morts à cent kilomètres et ainsi de suite. 

Le 31 aout 1997, il y a un peu plus de 18 ans ma chère Diane, si tu avais allumé la télé, ouvert un journal, tu aurais vu mourir une princesse. Les yeux humides, on n’imaginait pas qu’une jolie fée de 36 ans puisse mourir. 

Eric Laforge

___________________________

PS : Tu as vu ton fils, il a fait un beau mariage hein ? Encore plus grand que le tien. Comme pour toi on dira un jour que ces salauds de paparazzis lui volent sa vie privée …hum …

Sa vie, n’est-elle pas tombée dans le domaine public le 29 avril 2011, jour de la cérémonie en mondovision devant 900 millions de téléspectateurs ? 

Retrouvez-moi sur Facebook, je suis ici : https://www.facebook.com/eric.laforge1

Mail à … David Bowie

Salut David, 

En apprenant que tu étais parti ce matin, en direct dans mon émission, j’ai eu un sentiment très très étrange, si tu as le temps, je t’explique. 

david-bowie-is-hero-2

Bah oui, je suis con, bien entendu que tu as le temps, tu as l’éternité devant toi désormais. Et comme dirait Woody Allen : « L’éternité c’est long, surtout vers la fin ! » 

C’est drôle, enfin si je puis dire, personne ne va me croire, mais la nuit dernière j’ai justement rêvé de toi. Le genre de rêve qui te met mal à l’aise et qui te réveille en pleine nuit en sueur. Dans ce rêve, la faucheuse était présente. Mais ce n’est pas toi qui était la victime, je ne sais même pas qui disparaissait d’ailleurs. Je n’ai jamais fait de rêve prémonitoire donc je vais mettre ça sur le compte de la coïncidence.

Ça m’a quand même perturbé, je me suis levé, j’ai pissé, bu un verre d’eau, puis je suis allé un instant sur ma terrasse regarder les étoiles. Il y en avait une qui me semblait noire. Ce matin, en faisant une émission spéciale sur toi avec Laurent Rieppi, j’ai beaucoup réfléchi pendant les morceaux que je passais, Let’s dance, Life on mars, Under Pressure, Ashes to ashes, The laughing gnome, The bewlay brothers etc. Ton départ est un révélateur ou plutôt une énième confirmations d’une certitude que j’ai d’ancrée au plus profond de moi, la vie c’est ici et maintenant. On peut te rendre hommage autant qu’on veut, mais ma façon à moi de rendre hommage à ceux qui partent est surtout de vivre encore plus fort. Je rêvais d’être Bowie quand j’étais très jeune, je sais qu’un jour je serai toi, je serai mort.

12511650_10207875439939858_1917844543_n

Tu disais toi même « C’est le fait de vivre qui m’intéresse, pas le résultat. » D’une certaine manière, tu as fait partie de ma vie depuis qu’un jour au fond du jardin de mes parents, une petite radio locale est née. L’album Let’s Dance était sur toutes les platines et dans cet album, je me souviens que je passais sans cesse Without you

« Juste quand je suis prêt à abandonner, Juste quand les meilleures choses de la vie se sont enfuies… » dis-tu dans ce morceau. Tu ne parles pas de la mort, mais d’une amoureuse. 

Toutes ces années à passer tes disques, à parler de toi, à regarder des vidéos, tu es finalement devenu plus intime pour moi que ne le sont mes cousins ou certains de mes proches. Des émotions et des gens qu’on a connus disparaissent, mais heureusement, la vie continue avec d’autres qui prennent le relai. Malgré l’émotion qu’on peut avoir, personne n’est irremplaçable et on rira et pleurera avec d’autres, heureusement. Les choses de la vie ne s’enfuient pas avec les gens, contrairement à ce que tu dis dans cette chanson, si tu me permets de te contredire. Ce sont les souvenirs qui nous le font croire. Mais tu sais David, les souvenirs, je m’en méfie, ils me font tellement souvent pleurer.


BOWIE

Salut David, je ne pleurerai pas en pensant à toi, je penserai que tu es heureux ailleurs. Et je sais que grâce à toi… i can be hero, just for one day.

Eric Laforge

________________________

PS : David, un jour tu as dit : « Les gens de goûts m’intéressent surtout s’ils ont les mêmes goûts que moi. » Alors j’ai le goût d’aimer ton dernier clip, celui de Blackstar. Même si, en le regardant post-mortem, on se rend compte du message que tu y as mis, tu nous montres que la mort était en train de te prendre à la vie.

Retrouvez-moi sur Facebook https://www.facebook.com/eric.laforge1

 

 

 

 

Mail à … Michel Platini

Salut Platoche, 

Huit ans d’exclusion pour un mec qui n’a jamais eu le moindre carton rouge dans sa carrière, c’est ballot ! La commission d’éthique de la FIFA t’as bien taclé dis moi. On te reproche d’avoir perçu un chèque de 2 millions de francs suisses pour un boulot que tu as fait entre 1999 et 2002. Tu en mets du temps à encaisser ton flouse mon Michel. 

Platini

En 1995, dans ton bureau, sur les Champs Elysées.

Oui, je t’appelle mon Michel. Tu m’as fait rêver de longues années et ça, ça ne s’oublie pas. Ta vista, tes coups francs et ta désinvolture. Cette même désinvolture qui va peut-être te couter le fauteuil de patron du monde. 13 ans pour aller voir ton banquier et lui dire : « Je rêve d’une banque …qui encaisserait ce chèque. » Ce à quoi le mec en cravate a dû te répondre : « Demandez plus à votre argent ! » C’est beaucoup, 13 ans. 

Que demander à une montagne de fric ? Se taire ? Bah oui (à prononcer à la manière des guignols de Canal + t’imitant) si l’argent n’a pas d’odeur, il lui arrive de parler. Personne n’a jamais évoqué cet argent jusqu’à… jusqu’à ce que tu décides de te présenter à la présidence de la FIFA. Je ne sous-entends rien, enfin, rien de plus que ce qu’écrivait Le Monde.fr en octobre dernier : « Désormais certain de disparaître dans la tourmente, Sepp Blatter n’a aucun scrupule à entraîner dans sa chute ceux qui l’ont trahi, ou simplement qui veulent lui succéder. » 

2658001lpw-2658015-article-platini-jpg_3285997_660x281

Tout se passait bien, ça ronronnait même, on aurait dit un match du Barça contre… contre n’importe quelle équipe. Le Barça n’a plus d’équipes à sa portée. Bref, ça ronronnait, les journalistes disaient que c’était plié, tu aurais la victoire, comme toujours. Et Bam ! Soudainement, à la dernière minute du match, l’arbitre te met hors jeu pour huit ans. Dire que tu serais resté patron de l’UEFA, tu n’aurais jamais eu d’emmerdes, ça tient à peu de choses. 

Cela dit, au jour d’aujourd’hui, comme disent les commentateurs de foot, je ne t’ai encore jamais vu perdre, alors attendons, comme disait Achille ! Il y a toujours de bonnes surprises dans la vie, tiens par exemple, qui aurait pensé qu’il y avait une commission d’éthique à la FIFA ? Une commission d’éthique dans un « système plus discrédité que jamais » dit encore Le Monde, c’est presque comique.

michel-platini-a-son-arrivee-le-8-decembre-2015-au-tribunal-arbitral-du-sport-tas-a-geneve

Ces derniers jours tu as dit aux médias que cette commission n’était pas éthique, mais pathétique ! Tu imagines bien qu’ils ont leur petite susceptibilité les 14 membres de cette commission. En plus d’y avoir une couille dans le pâté, il y a désormais un hic. 

Au moment ou je t’écris ce Mail, je vois que tu viens de faire une déclaration à l’AFP : « On m’a mis dans le même sac que Blatter … » Pas possible ça, il n’y a plus de place. Et puis regarde le gros titre du journal The Sun d’aujourd’hui, une phrase de ce bon vieux Sepp Blatter qui dit : « Je suis désolé pour moi même. » Il s’absout pour ton histoire de sous.

Eric Laforge 

______________________________

PS : Courage mon Platoche, pour terminer, je voulais citer un joueur de foot qui est également philosophe à ses heures, Franck Ribéry : « La routourne va tourner ! »

Un bon bouquin sans complaisance d’un de mes potes : Président Platini, par Arnaud Ramsay, chez Grasset.