Mail à … Farley C.Matchett

Hi Guy !

… Comme on dit aux Amériques. Toi Farley, tu es un Américain. Pour être exact, tu étais un Américain.

Depuis le 12 septembre 2006 tu es un peu mort. Les gens qui étaient autour de toi ce jour-là n’ont pas eu de peine, ou disons plutôt qu’ils ont eu la peine de mort comme vengeance. Ils étaient la famille de ta victime. En 1998, toi et moi nous nous sommes échangés quelques lettres. Toi, matricule N° 999060 de l’Elis One Unit de Huntsville. Autrement dit le couloir de la mort, the Death Row. Tu m’avais raconté notamment que lors de ton procès, l’avocat commis d’office s’était endormi. Il faut dire que les types dans ta situation, les condamnés à mort ont quelques points communs : la peau noire, la pauvreté et  quasiment aucun moyen de se défendre. Un avocat est désigné pour les procès dans le genre du tien, mais ça leur rapporte que dalle aux avocats commis d’office. Nada. Nothing. En fait les avocats des condamnés à mort sont souvent des rebus en fin de carrière, des loosers.

15

Tu as eu successivement trois avocats pour te défendre. Tu te souviens du premier ? Il était dépressif, d’ailleurs il s’est suicidé. Remarque, du coup, ses honoraires n’ont jamais été honorés. Il faut voir le bon côté des choses. Le suivant. Ah oui le suivant, il t’a défendu lorsqu’il il avait un trou dans son agenda. Et le troisième, un champion du monde dans son genre. Lui, il a simplement déposé ta demande de grâce hors délai. C’est ballot. Du coup, toi t’es mort maintenant. Bah oui.

Sais-tu que le 10 octobre il y a la journée mondiale de la peine de mort ? Je ne sais pas si cela a une utilité, au fond de moi, je pense que non. Humainement parlant, on doit tous par essence être contre la peine de mort… (Je conseille la lecture de ‘Le dernier jour d’un condamné’ de Victor Hugo.) Il faudrait demander aux deux types qui ont été exécutés cette semaine au Japon ce qu’ils en pensent. Ou plutôt à leur bourreau. Je me suis d’ailleurs toujours demandé pourquoi les condamnés à mort étaient souvent exécutés au petit matin. Et si un condamné exprimait un jour comme dernière volonté : « Je veux faire une grasse matinée », est-ce qu’on lui accorderait ?

Donc Farley, (je t’appelle Farley pour faire croire que je te connais un peu) tu m’as expliqué dans tes courriers de l’époque que les faits n’étaient pas le meurtre froid dont tu étais accusé. Ton dossier disait que tu étais accroc au crack, un soir de manque tu aurais assassiné pour te procurer des doses. Mais ta version, celle que tu m’as racontée, évoquait une embrouille qui avait simplement mal tournée à propos d’argent. Tu t’étais défendu et malheureusement, ton contradicteur était mort. J’espère que là-haut, vous ne vous êtes pas retrouvés pour continuer l’embrouille.

25

Je ne saurai jamais où était la vérité, étais-tu vraiment coupable ? Es-tu resté toutes ces années dans le couloir de la mort pour rien ? A vrai dire, semble t-il, personne ne saura jamais ce qui s’est passé. Mais n’empêche qu’au final, tu as quand même eu ta dose. Une dose injecté par un mec alors que tu étais attaché. Ça ressemble à une scène sado-maso. En fait, tu as eu trois doses. Trois seringues commandées par trois mains différentes t’ont envoyé pour deux d’entre elles, des produits inoffensifs et la dernière, ça a été l’extra balle. Un shoot mon pote, comme tu n’en n’as jamais eu de toute ta vie de camé. T’as vu des étoiles, t’es monté au ciel, sauf que tu y es resté. 

Bon, certes tu n’étais pas non plus un enfant de chœur, mais je me demande juste une chose. Si tu avais eu, disons… hum… 5 millions de dollars sur un compte. Est-ce que tu serais mort aujourd’hui ? Et puis autre chose, depuis que tu as eu ton overdose légale… Le terme technique est létale, beaucoup d’autres femmes et hommes ont été exécutés. Ça a changé quelque chose ? Regardons les chiffres. Alors, il y a eu environ 16 000 assassinats dans ton pays en 1997. En 2007, après ton exécution, il y a eu 17000 assassinats et même plus de 21000 en 2017. Donc, ta mort n’a pas dissuadé les assassins qui courent les rues. Le résultat est assez décevant comme tu le vois.

Tu fais partie des statistiques désormais. Une nuit de septembre 2006, quelque part au Texas, sur le petit registre du couloir de la mort, le préposé officiel vient d’écrire : Farley C. Matchett is deadLe pays dans lequel tu es mort est la plus grande démocratie du monde… Enfin, c’est ce qui est écrit sur le dépliant publicitaire, juste sous la photo du drapeau étoilé et à côté des sourires d’une famille près d’un barbecue. God bless America ! 

Eric Laforge

______________________

PS : Tu n’as pas dû connaître le GSM puisque tu as été emprisonné avant son invention. Avec cet instrument, les gens s’envoient des messages et parfois ils les terminent par mdr. Je préfère ne pas te traduire, mais sache que la vie, on n’en sort pas vivant.

3

Retrouvez-moi sur Facebook, je suis ici : https://www.facebook.com/eric.laforge1

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s