Mail à … Bob Dylan

Salut Le Zim ! 

Tu aurais peut-être préféré que je te salue par ‘Monsieur le récipiendaire du Prix Nobel de littérature ‘ ? La formule aurait été pompeuse et en plus on y entend ‘récipient d’air’, ça sonne creux comme le cerveau d’un auteur de Best-seller. Que Harlan Coben ne se sente pas concerné, lui qui est à l’écrit ce que les Feux de l’Amour sont au cinéma d’auteur.

rs-dylan-b35dbfb6-50a0-4892-ad1b-f41c0ea89c31

Dis moi mon Bobby, alors comme ça tu voles le pain des honnêtes travailleurs du verbe, ceux qui à la force de leur poignet se sont forgés une oeuvre écrite plus méritoire que tes chansonnettes ânonnées avec une voix de nez. Tu sais que ‘nez’ en argot se dit ‘bob’ ?

Qu’on soit bien d’accord, ce n’est pas mon avis que je te livre (!) là, mais juste une pensée récupérée avec tant d’autres au Balto. C’est un bistrot en bas de chez moi. Certains philosophes du zinc que j’y ai rencontrés ont tenu à me démontrer qu’ils méritaient le prix Nobel du pet.

Euh …de la paix ? Ai-je rectifié.

Non, non, ont-ils insisté… et ils ont sorti un son qu’ils m’ont dit être une parfaite imitation d’une de tes chansons. Je ne l’ai pas reconnue, je t’avoue que ces trous du cul alcoolisés sont de piètres interprètes.

Revenons à ton prix. Comme dirait le cousin de Pascal dans les Tontons Flingueurs : « Le prix s’oublie, la qualité reste. » Après plus de 50 ans de carrière, tu as prouvé bien des choses et bien entendu que tu le mérites ce Prix Nobel de littérature qui a été initié il y a plus d’un siècle pour récompenser ceux qui ont fait preuve d’un idéal. Il me semble que tu rentres parfaitement dans cette case. Au fait, est-ce que tous les lauréats du Nobel le méritaient ? Il faudrait demander à ceux qui ont terminé première et deuxième dauphine ce qu’ils en pensent.

05585526

Je me souviens qu’on avait parlé de Nobel aussi pour Sacha Distel à une époque. Sa chanson Oui Oui Oui était une fameuse chanson à sexe… euh …à texte pardon. Mon correcteur orgasmique.. ah… grrrr … orthographique !

Donc oui tu le mérites. On a trop tendance à croire que la pensée ne se transmet que par l’écriture. Bien avant que Gutenberg n’ait inventé le Mac Book Pro il faut se souvenir que les bardes allaient de châteaux en châteaux pour déclamer leurs vers aux suzerains. N’était-ce pas une forme de littérature ? Sans papier.

Dans tout cela, ce qui me chagrine ce n’est pas que tu sois nobélisé, mais que tu acceptes le prix. Ne pas aller chercher ta récompense chez Ikéa n’est pas suffisant. Toi que je considère à l’égal de certains punks ou de Lemmy comme l’ultime tenancier de l’esprit de provoc’ et donc de l’esprit rock, tu veux que je te dise ? La provoc’ qui aurait de la gueule consisterait à refuser le prix et à verser les 850 000 euros  de la prime au créateur de la bibliothèque rose. 

Toi le pourfendeur des inégalités, le défenseur des droits des opprimés, tu ne vas quand même pas aller chanter Gimme Gimme Gimme chez ABBA samedi soir ? J’ai bien peur que les temps soient décidément  en train de changer.

Eric Laforge

_________________

PS : Les journalistes qui t’ont brocardé depuis l’annonce de ton Nobel sont peut être encore amers que tu leur aies soufflé aussi le Pulitzer en 2008. A ne pas confondre avec Sulitzer qui n’a jamais eu le Nobel. Quel gâchis !

Retrouvez-moi sur Facebook, je suis ici : https://www.facebook.com/eric.laforge1

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s