Mail à… Valérie Trierweiler

Salut Val,

Tu me permets de t’appeler par un diminutif ? Tu m’as l’air abordable, pas très cool, mais abordable. Cela dit, pourquoi ne le serais-tu pas ? Tu n’es que journaliste finalement.

A chaque fois que tu écris, ça fait parler. Tu as jeté l’encre dans le port. Port s’écrit avec un ‘t’, j’insiste ! La sortie de ton livre va faire le buz. Pour plagier mon maître Audiard, ne penses-tu pas qu’à la suite de tes révélations il y ait un retour de bâton, « L’aigle va fondre sur la vieille buse » ?

Il y a quelques temps, lorsque tu étais Première Dame de France, tu te contentais de 140 signes pour régler des comptes. Un Tweet. Tu étais plus concise, ou alors c’est ce fameux rapport entre langage et inconscient qu’évoquait l’affabulateur Freud. A propos de rapport… euh non, peut-être plus tard, là j’ai mal à la tête. Ça me fait ça à chaque fois que j’évoque Freud.

La vraie question est pourquoi ce tweet ? Tu as un mobile ?

Mais à quoi peut bien penser François Hollande ?

Mais à quoi peut bien penser François Hollande ?

Ce matin au petit-déj’, j’en parlais avec ma compagne. Enfin, plus exactement elle était dans la salle de bain et elle m’a envoyé un sms pour me dire son sentiment sur ton livre. Elle subodore que tu n’as pas écrit ce livre en espérant le prix Goncourt, ni le Nobel. Surtout pas le Nobel de la Paix. Je lui ai répondu de derrière la porte fermée en parlant fort pour qu’elle m’entende, elle était en effet sous la douche. Je te raconte ces détails, c’est assez personnel finalement, mais comme tu es du genre à te répandre en confessions assez intimes, je me suis dis que tu me comprendrais.

-TU CROIS, disais-je donc à travers la porte, … MAIS SI C’EST RÉFLÉCHI, ALORS QU’ESPÈRE T-ELLE COMME BÉNÉFICE DE TOUT CELA ?

J’entends rien, je suis sous la douche !

Pas facile la communication entre époux, non ? Tiens au fait, dans un prochain livre tu pourrais nous parler de toi lorsque tu es sous la douche ? Il y a bien, dans celui-ci, un paragraphe où tu racontes courir vers la salle de bain. Mais c’était pour prendre des cachets pour dormir. Il paraît que François voulait te les arracher des mains. Un Président bien normal, au-delà certainement de ses espérances du départ.

Bon, revenons à ta prose. Je ne l’ai pas lu, pas encore, j’attends avec une grande impatience de classer ton livre dans ma bibliothèque, il sera à côté de ceux de Zola, Onfray et Balzac, au bout de la pile pour caler le tout. Ce sera sa fonction, une fonction résidentielle ! J’ai remarqué qu’une bonne partie des livres qui se vendent sont ceux qui font du buz, mais ils ne sont pas lus pour autant. Ils se vendent. Vendu !

Allez dis moi la vérité, tu l’aimes encore François ? Non, parce que tu vas bien le mettre dans la mouise là. On se demande même ce qui pourrait encore lui arriver de pire avant les prochaines élections. J’imagine aussi que tes petits ‘états de dame’ doivent particulièrement intéresser les 5 millions de chômeurs d’un pays qui, comme les autres d’ailleurs, s’enfonce tel un Costa Concordia dans lequel il n’y aurait plus de capitaine. Et puis en bas dans la cale, les ‘sans dents’ si tu vois ce que je veux dire, vont finir par mordre. Les problèmes conjugaux du pouvoir, ils s’en tapent, ils ont déjà les leurs. Enfin je dis ça, mais c’est par pure jalousie, tout le monde sait que ton brulot va être un Best-seller. C’est très inquiétant sur ce que ça dit sur nos contemporains, ces chiffres de vente…

VT2Et Ségolène, tu l’aimes ? Oups ! Pardon, c’est une question absurde. Ça n’a pas de rapport… Rapport, rapport, ça n’a plus de rapports j’espère. Je parlais d’elle puisque tu l’évoques dans les extraits de ton livre qui ont fuité dans la presse à prix d’or certainement.

Tu ne veux pas répondre pour le moment, je comprends. Tu ne répondras qu’en présence de ton I-phone que tu ne trouves plus. Il est pourtant certainement quelque part dans ton sac, toujours à portée de mains pour décocher un tweet fulgurant ou un sms de mise au point. Comme le sms envoyé à un de tes collègues de Paris Match, il y a deux ans, qui évoquait le couple Royal-Hollande, et à qui tu reprochais de ne pas avoir écrit ‘ex-couple’. Le poids des mots, le choc des égos.

J’ai bien peur qu’avec ce livre tu deviennes définitivement aux yeux des Français la Marie-Antoinette du XXI éme siècle. « L’Autrichienne » comme l’appelaient les Français de l’époque. Une manière de lui signifier qu’elle n’avait aucune légitimité et aucune sympathie à attendre du peuple. C’est dommage parce qu’avec toi ça partait bien je trouve, ta classe naturelle en imposait.

VT3J’imagine que tu sais comment Marie-Antoinette a fini. Rassure-toi, depuis pas mal de temps la France a eu la bonne idée de ranger la guillotine. Tout ce qu’on pourrait donc te couper est ton abonnement internet et je me demande si ce ne serait pas une bonne idée d’ailleurs. Pour ce qui est de François, on ne va rien lui couper non plus. De toute façon, ce matin, il ne doit rien avoir à se faire couper, puisque tu lui as déjà cassé …

PS : Tu savais que Marie-Antoinette avait du sang… royal ?

Retrouvez-moi sur Facebook, je suis ici : https://www.facebook.com/eric.laforge1

5 réflexions au sujet de « Mail à… Valérie Trierweiler »

  1. Très bonne rubrique cher Eric. Je ne vais pas dire « comme d’hab' » parce que ça fait trop lèche-cul ou suspect comme aurait dit Coluche. Dans l’atmosphère mondiale actuelle, c’est vrai qu’on n’a vraiment pas besoin de ce type de bouquin rempli de fiel. Franchement je la pensais au-dessus de ça cette dame (de pique). Je dirais même qu’elle m’excitais avec son air de bourgeoise sado-maso…comme quoi il n’y a pas qu’elle qui a été trompée sur la marchandise. Bonne journée.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s