Made in London

« L’angle est tel qu’on le trace et non tel qu’on le parle. » Pierre D’Ac.

Alors j’ai tracé. Tracé dans les rues de Londres à la recherche de tous les endroits qui ont vu passer les grands noms du rock. Comment un petit pays ( à l’échelle du monde ) a pu conquérir la planète à ce point ? La British invasion des années 60 a été une réalité qui a bouleversé bien au-delà de la musique. Et partout, il en reste des témoignages pour peu qu’on s’intéresse au sujet.

Les Beatles ont débarqué de Liverpool, ils ont transformé à jamais ce qui était connu avant. Puis les Stones, les Kinks, les Who, Led Zeppelin, Deep Purple, Pink Floyd, Cream, Queen, The Jam, Blur, Oasis et beaucoup d’autres ont ensuite fait fructifier le patrimoine. A cela se sont ajoutés des Américains légendaires qui sont venus prendre leur souffle ici, Jimi Hendrix, Bob Marley…

Mon trip dans Londres a commencé dans Kingly Street, au centre. Je cherchais les traces d’un club dans lequel des stars étaient passées, notamment Tony Curtis et Marylin Monroe venus du temps de Some like it hot.

Un patron d’une autre boîte, un Français, m’a accosté en me disant « –Je vais te montrer, suis moi… » Je me suis retrouvé devant une ancienne boîte à partouzes. A l’époque les mafieux venaient ici se détendre. Ce n’est pas ce que je cherchais, mais « le roi de Kingly », il est surnommé comme ça dans le quartier, a fini par m’accompagner dans la rue voisine : Carnaby Street.

La rue du Swinging London, les groupes y jouaient dans la rue ou dans les bars à l’époque. Le voyage dans le temps venait de commencer.

a

Il s’y dégage toujours une atmosphère qui transpire encore l’ambiance et la naïveté de l’époque. Il faut s’y promener, juste les mains dans les poches et se laisser porter par l’humeur. Au-delà du  ressenti, à Londres je voulais aussi faire le tour des pochettes d’albums réalisées dans cette ville.

b

La pochette la plus connue a évidemment été faite dans cette rue. Abbey Road. J’ai fait la photo quasiment jour pour jour, 41 ans après la prise de vue faite pour l’album des Beatles, c’était le 8 août 1969.

c

Si vous regardez la pochette des Beatles, sur la gauche, prés de la VW, il y a un mur blanc. Depuis les années 60′, il est sans cesse tagué par les centaines de curieux qui chaque jour se font photographier sur le « crossing ».

Faut quand même être un peu con pour se faire photographier, non ?

d

Je suis un peu con !

e

Un peu moins connu, le premier album des Who qui sort en 1965, My Generation. Il sortira aux Etats-Unis sous le titre The Who Sings My Generation, avec une pochette différente. Les musiciens sont en photo devant Big Ben en fond, la photo est prise depuis Bridge Street. J’ai fait la même, manquait juste les musiciens, ils étaient où ?… euh… Who ?

f

Ici, c’est la station de métro Bond Street, rien à voir avec James.  Cette photo est à peu de chose prés celle que l’on retrouve sur une pochette de 1978. Le groupe The Jam sort alors le 45-tours Down in the Tube Station at Midnight. Les musiciens se sont fait photographier en noir et blanc sur le quai de métro, exactement à cet endroit. Au début de la chanson, on entend le métro qui arrive. Mais le son avait été capté dans une autre station, Saint John’s Wood.

g

Là aussi, la pochette est inoubliable. Lorsque vous voyez en vrai le bâtiment, vous ne l’oubliez plus, il est gigantesque. La Battersea Power Station, comme un Titanic échoué au milieu d’un terrain vague.

C’est une centrale électrique désaffectée que l’on voit plus ou moins sous le même angle sur la pochette de l’album Animals de Pink Floyd (1977). On la voit aussi dans la vidéo de Help des Beatles. Régulièrement il est question de lui trouver une nouvelle utilité. En cette fin août 2010, elle servait de décor à un spectacle de cascades à motos.

h

Retour dans le quartier de Soho, en, plein centre. Berwick Street, vous retrouvez la même photo sur le deuxième album de Oasis, Morning Glory. J’ai essayé de retrouver les mêmes couleurs et lumières, c’est presque ça.  Par contre, comme pour l’album, j’ai voulu arrêter la circulation, enlever les scooters et virer les passants. Mon idée n’a pas été appréciée !

i

Ici on est dans un quartier que j’aime particulièrement, c’est Camden. Vous voyez de quelle pochette il s’agit ? Celle là je ne pouvais pas passer à côté, le groupe vient de ce quartier. C’est Madness avec leur deuxième album, Absolutely, en 1980. Photo prise sur Adelaide Road devant la station de métro de Chalk Farm.

j

Une cabine désormais classée au patrimoine de l’Angleterre. Comme beaucoup d’autres d’ailleurs. Celle-ci est dans Heddon street, tout prés d’un bar en glace.

Rentrez y  couverts dans ce bar, il y fait froid. Tout est en glace, comme dans un igloo. Concernant la cabine, elle figure sur le dos de la pochette Ziggy Stardust de Bowie. J’ai voulu entrer à l’intérieur pour reproduire vraiment la pochette… mais l’odeur était celle d’un oeuf pourri mélangé à un vieux camembert laissé au soleil une semaine.

k

Ça n’est pas une pochette, mais j’imagine que vous connaissez cette rue. Oui c’est la rue de Sherlock Holmes, mais c’est aussi le titre d’un tube de Gerry Rafferty, isn’t it ?

l

La maison qu’a habitée un temps Ron Wood, guitariste des Stones et de nouveau des Faces depuis cet été.

mIci, c’est le squat qu’occupaient Jagger, Richards et Brian Jones des Stones vers 62, 63. Un soir de 1963 alors que les Stones jouaient au Crawdaddy Club, les Beatles sont venus les voir jouer. Jagger les a invités ensuite à finir la soirée dans cet appart de Chelsea. Les Beatles étaient déjà des stars, les Stones étaient inconnus. Ce soir là, dans ce squat, Brian Jones a demandé un autographe aux Beatles.

n

Mick Jagger a habité ici, c’est lui qui a planté la glycine… enfin c’est ce que j’imagine. Il paraît qu’il a la main verte…

o

Descendre les escaliers… S’il y a des cendres c’est que Keith Richards est passé par là. Mieux que ça, il a même payé le loyer de cette maison plutôt bourgeoise. En 1963 elle n’était peut être pas aussi belle et les plantes vertes aux fenêtres devaient se fumer.

p

Alors ? Qui habite ici ?

q

La même maison, vue de plus loin, derrière un capot. Je prenais des photos depuis un bon moment lorsqu’un type est sorti en boitant, T shirt blanc et léger embonpoint ce qui m’a permis de le rattraper sur le trottoir pour entamer la conversation.

Il m’a confirmé que Jimmy Page habitait bien ici mais qu’il était à l’étranger pour le moment. Rien n’indique qu’il habite là vue de l’extérieur, même les voisins n’ont pas l’air  de savoir. C’est une info servie par mon bon Victor qui m’a permis d’arriver jusqu’ici. Merci Vic !

r

Après avoir reçu quelques cartouches dans le corps, là-bas en Jamaïque. Bob Marley décide de s’expatrier en Angleterre pour prendre un peu de recul avec la politique de son pays natal. Il vivra dans cette maison et  composera un album immanquable, Exodus.

s Et ici c’est qui ? Le magasin serait presque un indice. Hey Joe ! Oui madame, c’est bien Jimi Hendrix, vous avez gagné une photo dédicacée de Céline Dion.

t

Le resto de Bill Wyman, ex bassiste des Stones. Les murs sont plein de souvenirs du groupe. Des disques d’or, des guitares, des photos, c’est un peu comme un Hard rock Café, mais en beaucoup moins luxueux. La classe d’un resto se voit dans les toilettes me disait un jour un cuisinier. Ici c’est du banal, ça mériterait mieux.

u

Au détour d’une rue, à la descente du train, prés de St Pancra’s, un mec sur un scooter. Pas n’importe quel mec, un Mod. Les Mods étaient des jeunes ados dans les années 50 et 60 qui roulaient avec des scoots bardés de phares et de rétros. On les a retrouvés dans les années 70 à écouter les Who puis The Jam et enfin les groupes de Ska revival.

Quelques scènes de rues ici ou là dans Londres…

vApple Corp, la maison de disques des Beatles n’est plus dans ce bâtiment. Cela n’empêche que la porte est régulièrement tagué par des fans. C’est sur le toit de cet immeuble que les Beatles ont fait le dernier concert de leur histoire, le 30 janvier 1969.

w Un couloir entre des anciennes écuries pour accéder à une salle de concert qui s’appelle Proud Camden.

x

L’entrée d’un café !

yUne comédie musicale jouée en ce moment dans la ville.

zDes boîtes à thé dans un magasin assez luxueux prés de Piccadilly. Jetez un oeil sur le nom de la première…

aaUn studio d’enregistrement sur Denmark Street, une rue dans laquelle il n’y a que des magasins d’instruments de musique. Même pas un Mc Do.

bbUn des magasins plus historique que les autres. Si vous regardez attentivement ce panneau d’autographes, il y a des noms célèbres.

ccDans le même magasin.

ddUn Magasin de CDs à Camden.

eeLe Hard Rock Café. Je ne sais plus à qui a appartenu cette guitare. Hendrix ? Non. Elton John ? Euh… non c’est un pianiste. Marilyn Manson ? Euh non ce n’est pas un musicien lui. Céline Dion ?

 ffUne livraison de drogue devant la maison de Keith Richards ?

ggUn bar avec des chaises originales.

hhVoyage voyage !

iiHep Taxi !

jjMagic bus !

kkStreet art.

llPurple rain.

mmEn trance !

nnThe Wall !

ooEncore un tube.

ppTutti Fruiti.

qqLe pénitencier

rrDark side of the shoes.

ttEn sortant de l’hôtel un matin, sur le trottoir il y avait le tournage d’un clip avec Mark Ronson, producteur entre autre d’Amy Winehouse.

uuYou can leave your hat on.

vvLast train to London.

wwCaisse et Wood des Stones.

xxHot legs.

yyBicycle.

 Retrouvez-moi sur Facebook, je suis ici : https://www.facebook.com/eric.laforge1

________________

4 réflexions au sujet de « Made in London »

  1. j’aime beaucoup, dommage qu’on ne puisse pas avoir les photos en plus grand, histoire de par exemple pouvoir lire les autographes et ce qui est indiqué sur a boite de thé !
    merci pour ce voyage!

    9a me donne envie d’un bon fish & ships!

  2. Toujours aussi belles mais bordées de noir, les photos de laforge perdent de leur force 😉 N’empêche que ce formidable reportage nous donne juste l’envie d’y retourner… très vite !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s