Mail à … Christophe Ledoux

Salut Christophe,

Je me souviens.

1Ce matin, en allumant mon ordi, je me suis immédiatement rendu compte que ça allait être un Thursday, Sadly Thursday.

I can’t believe the news today

I can’t close my eyes and make it go away

How long, how long must we sing this song ?

George Harisson que tu aimais bien, avait l’habitude de dire qu’une belle journée était une journée au cours de laquelle il ne se voyait pas dans le journal. Ce jeudi est donc une putain de mauvaise journée, non seulement tu es dans le journal, mais en plus c’est dans la page des disparus que ton nom figure.

46 ans.

Je me souviens que, indirectement, c’est un peu grâce à toi que je suis entré à Classic 21. Un jour pendant mon émission sur RFM, tu m’a appelé dans le couloir : « Viens voir, je vais te faire écouter de la bombe. C’est une nouvelle radio qui a la programmation que RFM avait au début des 80’ ! »

Là, sur le poste internet de la standardiste tu m’as alors fait écouter une radio qui était née quelques jours plutôt, on était en avril 2004 et c’était Classic 21.

Je me souviens aussi que dans ce même couloir, un jour nous avons parié et nous avons gagné. Toi et moi disions que le titre Cocaïne était de JJ Cale. En face de nous, deux de nos collègues affirmaient que ce morceau était de Clapton. On a gagné notre pari. Mais comme j’ai ensuite quitté Paris, je n’ai jamais su si nos potos avaient honoré leur pari ? Si je me souviens bien, c’était un café au George V sur les Champs qui était en jeu. J’espère qu’ils te l’ont offert.

46 ans.

Depuis que je ne suis plus à Paname, nos contacts étaient plus espacés. Quelques échanges sur Facebook de temps à autre pour des déconnades. Mais ce matin, lorsque ta photo, accompagnée d’un commentaire qui indiquait que tu avais disparu me sont apparus en pleine face, j’ai vraiment eu un coup. On a beau faire le fort et le beau, il y a des jours comme ça ou l’on a peur. Ce jeudi 30 janvier, j’ai peur.

Je me souviens être entré à RFM en même temps que toi et Pascal Langlois. Nous étions les trois petits nouveaux de cette rentrée parisienne là, au milieu des années 90’.

Un cartable tout neuf, des beaux habits et des lumières et de la musique plein la tête. Les mecs de notre génération ont tous rêvé de bosser un jour sur RFM, parce que notre jeunesse avait été bercée par Le Martial Show, Malher, Sergio Le Buffalo etc. Et nous, nous y étions aussi, nous étions les rois du monde.

Je me souviens Christophe… je me souviendrai de toi.

 

Retrouvez-moi sur Facebook, je suis ici : https://www.facebook.com/eric.laforge1

________________

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s