Mail à … Pierre Guyaut

Salut mon cher Guyaut,

Oui je dis ‘cher’ depuis que je connais le montant de ta pension. J’ai calculé que je travaille la majeure partie de mon temps pour payer tes vacances en Sardaigne. Bon sang oui, je me saigne aux quatre veines. J’en ai des nuits blanches, des migraines, des nervousses brékdones comme on dit de nos jours. Je me suis dit que de t’écrire un 27 novembre serait une bonne idée.

Je t’explique plus bas.

1Cela dit, je vois que depuis que tu es moins radio-actif, tu joues du poignet. Tu écris. J’ai lu de toi une belle préface d’un fort beau livre, c’était la Première Fois que tu écrivais une préface ? En ce moment, je suis plongé dans un bouquin. Le tien. Tu m’as fait l’honneur de me le confier avant parution. D’ailleurs je me disais que c’était curieux chez les retraités, ce besoin de faire des phrases !

J’ai beau faire un métier un tant soit peu intellectuel, je suis comme qui dirait, un peu rustique, le genre agricole. Je souffre de quelques handicaps, notamment d’être sourd et aveugle. De ce fait je suis ton plus grand fan. Mieux que ça, je suis le Président de ton fan-club ‘Amis du soir et de la guitare, bonsoir !‘ D’ailleurs, qu’est-ce que je pourrai faire pour t’obliger ? Je te rassure, même après avoir lu les 500 pages de ton bouquin…tu restes mon ami.

Monsieur Guyaut, tu permets que je t’appelle ‘Monsieur’ ?

Monsieur Guyaut donc, vous faites sans doute autorité en matière de Kinks et de Tom Petty, mais vos opinions sur la musique moderne et sur l’art en général, je vous conseille de ne les utiliser qu’en suppositoire. Voilà ! Et encore, pour enfants.

Un soir par exemple, je vous ai entendu parler de la chanson Lola et expliquer avec force détails qu’elle avait été écrite par le groupe aux deux ‘K’, euh pardon, aux deux cas. Oui, les frères Davies étaient deux cas lorsqu’ils cohabitaient dans ce groupe. Et puis ce morceau ne parle pas de travesti comme vous l’avez prétendu après une virée à Boulogne. Pas le port, mais les porcs.

2Pierre, mon petit… Je ne voudrais donc pas te paraître vieux jeu ni encore moins grossier… l’homme de la pampa, parfois rude, reste toujours courtois, mais la vérité m’oblige à te le dire : tes Kinks commencent à me les briser MENUES !

La chanson Lola a été écrite par Suggs, le chanteur de Madness. Voici donc une vérité historique de rétablie.

Pour ce qui est de toi, l’ami du soir, l’autre jour dans un couloir, quelqu’un a dit, je cite : « Depuis qu’il est parti, c’est comme un grand vide, on se croirait à un concert de Sheila. » Mais, tu sais comment on est. On dirait vite du mal, surtout quand tu as le dos tourné. Une position qui te ferait constater que le plus dure est derrière toi, comme me disait l’autre soir un coquet penché sur l’urinoir des toilettes d’un restaurant. – « Dis-donc, j’tiens plus en l’air, moi ! T’aurais pas une bricole à grignoter là ? » M’a t-il dit également.

Lorsque tu es parti de la radio, j’avais menacé de faire une connerie, genre …passer un titre de Mireille Matthieu. J’ai fait pire finalement, j’ai donné ton n° de téléphone en direct à l’antenne. Une gaminerie. Les cons ça osent tout, c’est d’ailleurs à ça qu’on les reconnait. T’as eu l’occasion de faire pareil cet été lors de ton retour, mais t’es moins con que moi finalement. Contrairement à la rumeur. Au fait, j’ai pas entendu dire que le gouvernement t’avait rappelé, qu’est ce qui t’a pris de revenir ?

Enfin bon, puisque tu vas sortir un bouquin, j’espère qu’à cette occasion tu sortiras le vitriol pour fêter ça. J’ai connu une Polonaise qu’en prenait au p’tit déjeuner.

3PS : Mon cher Guyaut, bah oui je sais c’est une obsession. Tu m’es cher oui. Mais comme tu le sais, le prix s’oublie, la qualité reste. A ce propos, je voulais t’écrire un mail depuis longtemps. Le 27 novembre 2013 était l’occasion rêvée, Les Tontons Flingueurs ont 50 ans aujourd’hui. C’est une bonne partie de notre culture commune à tous les deux, ce qui a fait qu’on est des vrais potes. Et quand on cause, les gonzesses se taillent !

J’imagine qu’en lisant tout ça, tu as dû te dire qu’il y avait un gout d’Audiard là-dedans.

– Y’en a.

Retrouvez-moi sur Facebook, je suis ici : https://www.facebook.com/eric.laforge1

 

________________

 

Une réflexion au sujet de « Mail à … Pierre Guyaut »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s