Mail à … Gilles Verlant

Lutsa Gilles !

Je te résume mon vendredi. Je roulais en voiture, j’étais en France, il était environ midi et j’écoutais France Info. Et là, le journaliste annonce que t’es mort. Lorsqu’il a dit ça, j’ai cru qu’il voulait dire ‘mdr’, mort de rire quoi. Tellement habitué au langage bas de gamme de FaceBook. Mais non, il a dit que tu étais mort et aucun ‘lol‘ à la con derrière ses paroles. Mort. Comme mon père.

J’ai ensuite eu au téléphone Eric, notre ami commun, il m’a raconté ce qu’il savait. Et j’ai pensé à mon père, parce que j’ai pensé à tes enfants. Tu piges le raisonnement ?

1

En rentrant le soir j’ai vu des RIP partout sur le réseau. Dans un sens c’est bien, me suis-je dit, ça montre que tu manques déjà à tout le monde. Mais je t’avoue que ces trois lettres me hérissent le poils en me mettant dans le même état d’énervement que Gainsbourg lorsqu’il constatait qu’il en était à sa dernière Gitanes maïs. Le RIP est écrit de manière automatique, presque par défaut, sans même y réfléchir ne serait-ce que deux secondes. Comme si le doigt avait …ripé.

FaceBook a réussi à tous nous lobotomiser.  Un autre exemple, l’autre jour, sur le site d’un journal populaire, un article concernant un violeur. Il s’en prenait à des femmes devant leur mari ou compagnon pour les humilier en plus de les violer. Et au bas de cet article, sur le petit ‘f’ symbolisant FaceBook, 734 personnes avaient cliqué ‘j’aime’.

« Mouton, mouton, soumis, docile et sans rébellion. Bêê, bêê, j’suivrai. » Comme dirait Souchon.

Il me semble, j’en suis même certain que tu étais tout le contraire de ce genre de comportement.

Ma citation préférée a, parait-il, été prononcée un jour par François Mitterrand. Il était à l’article de la mort et avait décidé d’arrêter le traitement lourd qu’il subissait. Il se condamnait donc. Il ne lui restait plus que quelques jours à vivre, il en était conscient. Il avait alors prononcé à un de ses proches le genre de paroles qui restent dans l’histoire : « Je vais enfin savoir ! » J’ai trouvé ça immensément grand.

Gilles, toi aussi tu sais maintenant. Ne me raconte rien, je préfère avoir la surprise le jour J. Mais dis moi au moins que cet escalier était le Stairway to heaven. Moi je n’y crois pas au paradis, mais je fais semblant, comme tout le monde. Comme disait ton pote Antoine de Causne, une mort stupide pour un homme intelligent. Les fatalistes disent que ‘C‘est la vie’.

Quoi ? Un escalier, on tombe et tout est fini, ça c’est la vie ? Non, désolé, jamais je ne croirais que c’est la vie tant que je ne saurais pas, moi aussi. Mais je te l’ai dit, je ne suis pas pressé.

A propos de vie, je ne sais pas s’il y a un au-delà et s’il y a donc un grand ordonnateur, mais je me demande s’il ne s’est pas gouré de dossier sur ce coup là.

Réfléchis !

Tu avais 56 ans, tu n’étais pas malade, tu semblais plutôt heureux et tu t’épanouissais dans ton job. Et hop, on te rappelle. En plus, les statistiques sont formelles, tu aurais dû vivre au moins 21 ans de plus. L’espérance de vie d’un Belge est de 77 ans, par ailleurs tu étais un peu Français maintenant, et là c’est 78 ans. Mais bon, pour ce genre de chiffres, c’est comme pour les impôts, c’est toujours celui le moins a notre avantage qui est retenu par l’administration.

N’empêche que l’administration de l’au-delà est quand même nulle en math. Ne pas savoir compter, alors qu’elle gère 7 milliards d’âmes, c’est un peu gênant, presque inconvenant. Une telle incompétence frise le grotesque. Je me dis que si les gestionnaires de là-haut sont ceux qui nous ont foutus dans le pétrin lorsqu’ils géraient ici bas, alors en effet, j’ai raison de ne pas croire au paradis.

2

Ou alors, il y a peut-être une autre hypothèse. Il y a eu une urgence là-haut. Genre Gainsbourg qui faisait chier à l’entrée de la discothèque Le Paradisio. Il voulait entrer avec ses chaussures blanches et le videur pensant qu’il s’agissait de basket, l’a refoulé. Serge s’est énervé, tu le connais, pas méchant le gars, mais quand il s’énerve ça peut tourner au vinaigre. Bref, il fallait quelqu’un pour calmer le jeu, ils ont pensé à toi.

Ou autre hypothèse, mais je n’ose y penser. Ils t’ont rappelé pour te demander des infos sur ton autre idole, David Bowie. Ne balance rien, ça sent pas bon tout ça.

PS : Depuis septembre dernier , je diffuse la troisième saison de ta chronique dans mon émission. Nous sommes en contrat jusqu’à la fin de la saison et toi tu tires ta révérence sans prévenir. C’est scandaleux !

3Retrouvez-moi sur Facebook, je suis ici : https://www.facebook.com/eric.laforge1

________________

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s