Mail à … Une star

Salut beau gosse !

J’aurais pu féminiser mon bonjour, c’est vrai. Mais quand je t’appelle beau gosse, dans ma tête c’est unisexe tellement l’idée que je me fais de toi est celle de la superficialité. Je dois avoir tort au vu de tous ces gens dans les salles d’attente de médecins ou dans mon environnement qui s’intéressent aux journaux people.

Une star c’est glamour, désormais sans aspérité, c’est riche et surtout, c’est beau. On parle rarement de toi pour tes connaissances en astronomie ou en littérature classique, peut-être es-tu cultivé dans ces domaines ou d’autres. Mais jamais un journaliste ne s’attardera à te questionner là-dessus. Certainement parce que ce n’est pas vendeur et puis lui-même est-il au courant que Balzac a existé ? Je sais, je suis journaliste et saltimbanque en plus !

Je pensais à toi la star ce matin encore, tu vas être à mort dans l’actu pendant des mois dis donc. Cannes, Rolland Garros, Tour de France, Foot, J.O. et élections américaines.

Bah oui, d’abord avec Cannes, je n’arrive pas à m’y intéresser à ce festival, je ne sais pas pourquoi. Peut-être parce que, comme dans tous les domaines j’ai l’impression que le cinéma ne produit plus de vraies stars. Seulement des acteurs et actrices, parfois très brillants mais avec des à-côtés de Monsieur et Madame Toutlemonde. Ils sont devenus des people, ce qui veut dire, je crois, des gens en anglais.

1« Soumis, docile et sans rébellion, Bêê, bêê, j’suivrai : Tout c’qui vous plaît m’plaît. » (Souchon)

Une sorte de tarte à la crème, mais sans cerise. Oui, la cerise on la trouve sur un bon gâteau, pas sur une vulgaire tarte à la crème qui finit de temps en temps sur la face d’un people d’ailleurs. La boucle est bouclée. C’est là le problème, il fut une époque ou les boucles de ceintures étaient grandes ouvertes. Débauche à tous les étages. Mais, ne te méprends pas mon poto, tu permets que je te considère comme mon poto ? Ça fait genre je suis ami avec une star.

Oui, je te disais, ne te méprends pas, ce n’est pas la débauche qui fait la star, mais la subversion. Je vais t’expliquer, prends toi un coca sans sucres dans le frigo avec un yaourt sans cholestérol et pose ton séant sur la chaise en formica.

Cela dit, je te parle de cinéma, mais remarque que dans le sport, la musique ou la politique c’est pareil.

Tu as vu récemment des mecs ou des gonzesses qui avaient un esprit subversif ? Moi je n’en vois que quatre, Amy Winehouse, Britney Spears, les frères Gallagher et d’une certaine manière, DSK. Ce sont les seuls qui ont des couilles de faire tout et n’importe quoi. Je ne te dis pas que ce sont des exemples à suivre, mais être une star ne consiste pas juste à avoir les dents bien blanches en montant le tapis rouge de Cannes. Quel ennui !

Etre une star c’est agir sans calculer son image, sans même penser aux conséquences. Ce n’est pas être un péteu qui a fait deux passages en télé et qui nous raconte sa vie dans un journal people, A part les ados prébubères et les barbies, tout le monde s’en fout.

Dans les esprits subversifs, tu me dis qui ? Lady Gaga, c’est ça ? Vas-y, tu peux parler plus fort, il n’y a que moi ici, personne ne va t’entendre oser lâcher le nom d’une collègue à toi. Non, la Gaga est quelqu’un de talent, mais c’est de la com’ qu’elle fait. Elle me fait sourire, parfois elle m’étonne, j’ai un certain respect pour son travail, mais rien de plus.

2Dessus, Lady Gaga en plein stage diving. Dessous, le gros obélisque de la place de la Concorde.

Comme je le lisais dans un nouveau magazine de Musique qui s’appelle MUSIC, « Le sex, drugs and Rock’n roll n’a plus rien de subversif, puisque c’est le rêve du troupeau. » Pour la rockeuse Izia, le rock vaut beaucoup mieux que les chambres d’hôtel dévastées, les capotes sur la table etc. Si elle le dit, ça doit être vrai. D’ailleurs le rock maintenant c’est de passer à la télé en prime time et de regarder le lendemain les chiffres d’audience de l’émission pour extrapoler sur les chiffres de vente du produit à vendre, en l’occurrence un album.

Devant les micros, certains te diront qu’ils sont des rebelles. Oui, mais des rebelles de pacotilles qui après leurs shows se retrouvent dans un hôtel dont les cinq étoiles brillent tellement qu’elles les empêchent de voir les fans qui attendent sur le trottoir depuis des heures dans le froid pour avoir juste un sourire, un mot, un regard, une signature sur une photo.

Keith Richards est encore de la trempe de ceux qui voulaient tout retourner lorsqu’ils étaient jeunes. Lui ou Neil Young par exemple font partie de ces gens que l’âge et les épreuves n’ont pas assagis complétement. Mais les autres qui ont fait Woodstock par exemple, sont comme les soixante-huitards qui étaient sur les barricades. Ils sont maintenant cadres dans des grosses boîtes. Hé, attends mon poto ! (tu permets toujours ?) En disant ça je ne juge pas, c’est juste un constat. Moi même, au moment où je t’écris ce mail je suis en pyjama devant la télé parce qu’il est déjà très tard, presque 21h30 !

D’ailleurs je t’écris mais j’espère que tu répondras. Ces derniers jours j’ai écrit à Sarko et à Hollande comme tu peux le lire ci-dessous, mais ils ne m’ont toujours pas répondu ces enfoirés ! (C’est subversif ça de traiter ces grands hommes d’enfoirés, non ?)

3Je dois t’avouer que je n’ai jamais rêvé en te regardant à travers la lucarne à mensonges. Les yachts, le pouvoir, les maisons à colonnes, me laissent de marbre. Du marbre de Carrare bien sûr, celui que tu fais importer par tonnes pour mettre jusque dans ton abri de jardin ou tes chiottes de Beverly Hills ou de St Tropez. A une époque, dans ta panoplie de pacotilles, j’avais quand même un certain regard pour la Ferrari qui dormait dans ton garage. D’ailleurs, certains de tes pairs avaient le mauvais gout de posséder une Ferrari jaune ou noire. Non, non et non, la voiture au cheval cabré ne peut être que rouge bordel ! Du coup, je me suis dit que l’argent n’apportait pas tout, quand on est con, on est con. Je parle en connaissance de cause, j’ai un peu d’argent et beaucoup de connerie.

A propos, ça ne t’ennuie pas que tout le monde soit star maintenant ? La moindre blonde qui passe trois fois à la télé ou le moindre type qui gagne pendant plusieurs mois de suite chez Nagui est proclamé star, c’est dire si le recrutement est pauvre. On se rabat sur le tout venant comme disait Audiard. Avant, une star c’était quelqu’un qui avait une vie extraordinaire, elle faisait peut-être rêver, mais surtout elle n’avait pas notre quotidien. On ne pouvait en rien s’identifier à elle ou à lui : Bardot, Monroe, Lennon, Marley, McQueen, Elvis, Mitterrand, Reagan, McEnroe, Cantona etc.

Mitterrand, le jour de son investiture ne s’arrêtait pas aux feux rouges comme l’a fait Hollande. Cantona vivait la vie d’un footballeur qui ne choisissait pas ses mots ni son attitude devant la caméra comme les footeux d’aujourd’hui. Tu imagines aujourd’hui Nadal se prendre le bec avec un arbitre comme le faisait McEnroe ? Lennon, devant la famille royale demandait aux gens des premiers rangs de secouer leurs bijoux plutôt que d’applaudir. Tu imagines Chris Martin de Coldplay dire ça par exemple ? Bah non, moi non plus.

Cela dit, tu sais, je balance un peu sur Martin mais j’ai tort, il est subversif lui. Un jour il y a quelques années, il était à Nice avec ses potes pour un concert je crois. Dans l’après midi, ils s’étaient baladés sur la plage et comme toujours là-bas, il faisait beau et chaud (contrepétrie suisse). Du coup, Chris a voulu se baigner. Comme il n’avait pas de maillot, il s’est mis à poils avant de plonger dans la grande bleue. Les minettes auraient surement aimé voir ça, sauf que… Sauf que ce jour là, apparemment, il n’y avait que des vielles emperlousées (Desproges) qui regardaient vers l’infini et au-delà. Interrogées par le canard du coin qui espérait avoir du croustillant, elles se sont dit choquées.

Ça c’est de la subversion, isn’t it ?

Au fait, tu sais pourquoi Nice s’appelle Nice ? Une histoire de veilles anglaises, mais je te raconterais ça un de ces jours dans un autre mail, parce que là il est tard et je voudrais terminer de classer ma collection de timbres avant de me coucher.

PS : Je vais me faire une camomille, t’en veux une ?

Retrouvez-moi sur Facebook, je suis ici : https://www.facebook.com/eric.laforge1

________________

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s